top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurcatmapom

Un point de vue sur le Sankalpa


Le sankalpa est-il un vœu ?


Dans les périodes où ça ne va pas, nous aimerions qu’un vœu (ou un souhait ou une prière) fonctionne simplement et immédiatement pour que ça aille mieux.

(Spéciales dédicaces au Père Noël, au Génie de la lampe et à Marraine-la-bonne-fée… 😉)


Or le sankalpa risque de décevoir cette attente, car il ne marche en général pas comme ça…


Le sankalpa fonctionne plutôt comme une graine.

Il faut d’abord trouver et reconnaître LA graine que l’on désire voir pousser en ce moment.

Puis, pour que cette graine sorte de sa dormance, il faudra la nourrir en la mettant en terre, en lui fournissant suffisamment de chaleur et d’eau. A ces conditions, l’élan vital ou l’aspiration à vivre de la graine pourra s’enraciner et la faire croître.

Enfin, il n’est pas recommandé de tirer sur la tige pour qu’elle pousse plus vite. On ne pourra que persévérer dans nos soins, protéger la plantule en croissance, et patienter… Et la plantule devenue arbre donnera peut-être des fruits...


Plutôt qu’un vœu donc, on peut voir le sankalpa comme une aspiration profonde en nous à quelque chose de bon...

… une aspiration vue, entendue, reconnue…

... et un engagement envers nous-même à suivre cette aspiration ! (**)


//************ Recette pour un bon sankalpa ************//


Ne pas réfléchir, cogiter ou s’arracher les cheveux pour trouver notre sankalpa du moment.

Au contraire, profiter d’un moment de relâchement et de calme pour écouter la question :


« Qu’est ce qui est vraiment important pour moi ? »


Ne toujours pas réfléchir pour répondre avec le mental mais, au contraire, être attentif, attentive pour voir ou entendre ou sentir la réponse qui se présente toute seule.


⇒ Si aucune réponse ne se présente, respirer et rester détendu.e avec la question. Et puis recommencer pendant d’autres moments de présence calme.

⇒ Si une réponse se présente, respirer et rester détendu.e avec la réponse.

  • Vérifier si ce mot/cette image/cette phrase provoque une aspiration, une élévation en nous. Est-ce que tout l’intérieur de nous semble s’orienter vers cette réponse ? Si oui, c’est probablement notre sankalpa du moment.

  • Si ce mot/cette image/cette phrase a une connotation négative pour nous, alors, voir ce qu'il y a derrière ou sous l'émotion qui est là. L’émotion ne se discute pas mais on peut essayer de voir la cause racine. Si c'est difficile ou impossible pour l'instant, le sankalpa peut-être quelque chose comme « Voir et comprendre ce qui est vraiment important pour moi / ce dont j'ai fondamentalement besoin / ce qui provoque cette émotion en moi ».

Une fois le sankalpa reconnu, ne pas le prendre comme une obligation, une contrainte ou un but à atteindre. Mais penser plutôt à le répéter, l’entendre, le regarder aussi souvent que possible, et ce, dans la durée. S’en imprégner consciemment, afin qu’il nous transforme.

Cette ardeur et cet effort persévérant soutiennent le déploiement du sankalpa.


Il y a ensuite l’élan intérieur qui rend caduque la notion d’effort. C’est puissant, mais en même temps, doux et lent. Comme le processus de la croissance du corps qui est imperceptible, inéluctable et radicalement transformateur.

Le sankalpa agit sur la matière subtile du mental comme les hormones de croissance sur la matière grossière du corps physique.

Comme la « matière du mental » est à la fois légère-rapide-agitée et alourdie-obscurcie par ce qui y est stocké, il faut être très doux et prendre son temps.

Alors : continuer de répéter son Sankalpa, respirer et se détendre avec lui.


Ne pas vouloir tout, tout de suite avec le Sankalpa.

Ne pas chercher une rupture avec ce qui est.


Laisser le sankalpa agir en nous et nous transformer.

Agir en maintenant notre sankalpa dans le cœur comme une boussole à la main.


//***************************************************************//

La pratique du Sankalpa fait-elle partie du Yoga ?


En reconnaissant notre aspiration profonde du moment, nous sommes dans la connaissance de soi – Svâdhyâya.

En prenant soin de reconnaître et de nommer cette aspiration le plus souvent possible et en faisant le choix d'agir, guidé par elle, nous la réchauffons de notre ardeur – Tapas.

En respirant et en nous détendant avec cette aspiration, nous sommes dans l’acceptation de ce qui est et nous ne nous crispons pas sur l’obtention d’un résultat – Ishvara pranidhâna.


Ainsi la pratique du Sankalpa (*) s’inscrit dans le Yoga de l’Action.



(*) Note de bas-de-page :

Pour le mot sankalpa , le dictionnaire du sanskrit "l'Héritage", propose un foisonnement de traductions possibles : « résolution », « intention », « désir », « volonté », « détermination »…

Et parmi elles : « la décision d’agir » ! C’est intéressant, n'est-ce pas ??? 😊



(**) Note de tout-en-bas-de-la-page :

Vous me pardonnerez, dans cet article, d’avoir sciemment choisi de ne pas prendre en considération la possibilité de traduire Sankalpa par « serment solennel d’accomplir un vœu ». Un exemple (cité dans "l'Héritage") : pour une veuve, se jeter sur le bûcher de son défunt mari…

Bref, il s'agit là de s’engager à suivre une règle faite par d’autres et la faire sienne jusqu’au sacrifice. C’est un point de vue, n'est-ce pas ???

Mais nous pouvons en cultiver un autre. 😉






33 vues0 commentaire

Comentários


bottom of page