©2019 by Chercher, Accueillir, Transformer, Harmoniser en Yoga. Proudly created with Wix.com

 
Rechercher
  • catmapom

Faut-il prendre de bonnes résolutions pour notre pratique de Yoga ?



Parmi toutes les raisons de répondre “non”, en voici 3:


Raison n°1) Non, peut-être parce que nous avons déjà suffisamment de choses à faire… et bien plus prioritaires….


Raison n°2) Non, peut-être parce que “les bonnes résolutions, ça ne tient pas” et que nous nous retrouvons en cours de nouvelle année, oublieux de ces fameuses bonnes résolutions, ou vaincus par la force d’inertie des montagnes qu’elles étaient censées déplacer…


Raison n°3) Non, peut être parce que nous n’avons pas envie d’assimiler le yoga à un terrain jalonné d’objectifs, une map de performances programmées, un planning de développement volontariste… Le yoga n’est pas un sport, ni une gymnastique dans le sens pauvre du terme. Le yoga est un champ d’exploration des possibles, terrain d’évolution intuitive, fantastique outil de relaxation, de ressourcement, de régénération, de guérison, de transformation, de libération…et bien plus que cela encore. Alors mettre tout ça dans une petite boîte aux petites cases étiquetées par des petits indicateurs de performances… bof bof bof.


3 raisons et pourtant…

Et pourtant…


Pour réfléchir à la raison n°3) Le détour par une image va m’aider.

Alors, prenons l’image, si nous aimons la marche, de la randonnée…


« - La randonnée a peut être été décidée, planifiée, prévue en amont.

- Ou pas ! Elle a peut être démarré sur un coup de tête ou un élan de coeur.

- Elle a une destination, on va quelque part.

- Ou pas ! Le but n’est peut-être pas géographique…

- Elle nécessite de marcher. C’est une sorte de discipline : mettre un pied devant l’autre pour avancer, et le faire dans la durée.

- Il y a aussi ces moments où l’on s’égare.

- Oui, et nous reprenons nos repères, ou nous marchons pour en trouver d’autres...

- Oui, mais il y a aussi ces moments d’arrêt : questionnement ? Repos ? Contemplation ?

- Et ces moments où l’on recommence à marcher, pour avancer. Et la marche devient contemplation du chemin.

- Y a-t-il donc quelque chose à s’imposer ?

- Une fois que la randonnée est commencée, il faut faire l’effort de mettre un pied devant l’autre. Nos objectifs d’étape et de destination seront peut-être balayés, revus, contournés ou transformés… Mais il nous appartient de mettre un pied devant l’autre pour connaître la joie du voyage.

- Alors, au final, il n’y aura rien eu d’inutile, de perdu ou de raté. »


Si nous en revenons à nos « bonnes » résolutions, nous pouvons décider de notre randonnée en yoga pour l’année 2020, de sa destination et de ses étapes. Mais il faudra accepter que ces objectifs ne soient pas forcément atteints, il faudra accepter de lâcher prise sur le résultat... Nous pouvons également, nous laisser explorer le pays du yoga sans idées préconçues, sans attentes, avec une saine curiosité et l’envie de découvrir, toujours en lâchant prise sur le résultat...

Dans les deux cas, il y a deux résolutions minimales : la première est une détermination essentielle, une discipline sur le long terme, une ardeur qui fonde notre action : marcher, mettre un pied devant l’autre, sur la durée, avec une certaine régularité, c’est « la pratique ». Effort-élan juste qui nous ouvre des possibles, mais sur lequel nous ne fondons pas d’attentes -c’est la 2ème résolution.


Nous lisons dans le Sutra I.12 : « Abhyāsa-vaïrāgyābhyām tan-nirodhah. »

« L’arrêt des pensées automatiques s’obtient par une pratique intense dans un esprit de lâcher prise. »

(Yoga-Sutras de Patanjali, traduit et commenté par Françoise Mazet,

aux éditions Albin Michel.)


Pratique intense & Lâcher prise...


Alors pour répondre à la raison n°1) : Attendons que l’envie de randonner soit suffisamment forte pour nous amener à faire le premier pas et à nous engager pour les suivants. Ou pas… On ne randonne pas qu’en yoga… :)


Pour répondre à la raison n°2) : Comme toujours, nous sommes en droit de douter des généralisations hâtives… Souvenons-nous des randonnées « échouées » puis recommencées. N’avions-nous pas une connaissance du terrain et de nous-mêmes qui nous a aidés quand nous avons pris la résolution de recommencer. Ne nous rappelons pas seulement les résolutions abandonnées, mais celles que nous avons prises et reprises et qui ont fini par éroder la montagne jusqu’à ce que nous arrivions à la déplacer…


Pratique intense & Lâcher prise...

Cela fait déjà deux bonnes résolutions, que nous pouvons prendre dès maintenant ou pas… :)

20 vues